Houmous à l’ail des ours

Parce que moi aussi je veux faire partie du cercle fermé des blogueuses culinaires fashion qui cuisinent l’ail des ours ! D’ailleurs j’ai même été le cueillir moi-même, avec mes petites mimines, dans une jolie petite forêt de feuillus, au bord d’un ruisseau… Cette blague, n’empêche, moi qui m’imaginais que c’était un peu rare et donc trop la classe d’en trouver, heu, en réalité c’est du vrai chiendent cet ail des ours ! Il y en avait littéralement partout, de vrais tapis verdoyants fleurant bon l’ail (mais pas une morille à l’horizon, snif. On ne peut pas tout avoir !). Il paraît qu’il faut le consommer avant la floraison, et ça tombait fort bien, je n’ai vu que des feuilles (et combien !!!) et n’ai donc eu que l’embarras du choix quant au meilleur spot pour en ramasser…

IMG_2687

Bref, mes aventures bucoliques dominicales ne vous intéressent probablement pas vraiment, mais c’était une première pour moi, indigne campagnarde que je suis, alors j’avais envie de faire part de mon enthousiasme et de combien j’étais toute fière de pouvoir cuisiner cet aromate nouveau pour moi et si difficilement acquis 😋… Haha, elle est bonne, celle-là. Bon, je vous le donne en mille, la question suivante a donc été « Mais que vais-je donc bien faire de tout cet ail ? » – car vous vous en doutez, j’en ai ramassé un bon paquet… Après l’avoir servi en salade (agrémenté de feuilles de pissenlit et d’épinards, de roquette et de batavia rouge = un super mesclun maison !), en avoir ciselé et largement parsemé sur des plats de pâtes, de légumes, j’ai voulu lui dédier une recette particulière. Comme je n’avais pas très envie d’en faire un pesto (trop « classique », se dit la blogueuse en quête de toujours plus d’originalité et qui commence à avoir les chevilles qui enflent ­– normal, c’est le printemps), j’ai pas mal réfléchi, puis je me suis souvenu que j’avais un demi citron qui commençait à faire un peu la tronche au frigo, ainsi qu’un reste de pois-chiches cuits. J’ai par ailleurs toujours du tahini en stock, la baaase. Tilt ! Mais c’est bien sûr ! Comment avais-je pu ne pas pu y penser plus tôt ? De l’houmous à l’ail des ours, pardi ! Quelle évidence ! À tartiner allègrement sur de belles tranches de pain frais au levain… Miam, quel régal ! Allez, place à la recette, vous l’avez bien méritée ! 🍴

IMG_2704

Houmous à l’ail des ours

Pour un bol moyen (un peu plus de 300g), j’ai utilisé :

  • 180g de pois-chiches cuits
  • 50g de purée de sésame blond complet (tahini)
  • Le jus d’un demi citron
  • 1/2 c.à.c. de sel gris sans additif
  • 40g d’ail des ours frais
  • 50g d’eau très fraîche

IMG_2690

Commencer par préparer les ingrédients.
Laver, puis sécher soigneusement les feuilles d’ail des ours avant de les hacher grossièrement.

IMG_2691

Presser le citron.
Diluer le sel dans l’eau fraîche.
Rincer et égoutter les pois-chiches.

Placer les pois-chiches dans le bol du robot ménager (ou blender, ou mixeur) et mettre en marche jusqu’à obtenir une purée compacte. Ajouter ensuite tout en continuant à mixer la purée de sésame, le jus de citron et l’eau fraîche salée jusqu’à obtenir une purée lisse. Ajouter enfin l’ail des ours grossièrement haché, en prenant le soin de ne pas mixer trop longtemps afin de conserver des petits morceaux.
Débarrasser dans un bol ou une boîte hermétique et recouvrir d’une mince couche d’huile d’olive avant de réfrigérer.

IMG_2705

L’houmous se conserve au frais, mais je vous conseille de le placer au moins une demi-heure à température ambiante avant de le consommer, sur des tartines, en dip, avec des légumes, des crudités, à la petite cuiller… comme vous voudrez ! En tout cas, je suis bien contente d’avoir pensé à l’utiliser ainsi, car le goût subtil et fin de l’ail des ours est bien mis en valeur dans cette variante, c’était vraiment délicieux ! Facile et rapide à faire, si vous aimez l’houmous, je ne peux que vous encourager à essayer. Grâce à cette recette, j’ai même réussi à prouver aux plus sceptiques que l’houmous, s’il est maison, bien dosé et bien assaisonné, n’est ni étouffant, ni pâteux, mais subtil et raffiné (surtout dans cette version où l’ail des ours supplante l’ail classique utilisé en général). Yesss! 😎

Publicités

Raviolis aux épinards, tahini et éclats de noix torréfiées

Vous vous en serez doutés, nous avons fait le choix depuis quelque temps déjà de réduire notre consommation de viande/poisson, et ce pour des tas de raisons (éthiques et écologiques surtout). Cela m’incite à me renouveler au quotidien en cuisine, et c’est un beau challenge. Je (re)découvre tout un tas de légumineuses, de légumes, de plantes, d’herbes et j’apprends à remplacer certains ingrédients par d’autres, assez improbables parfois, dans certaines recettes… Le tout en privilégiant toujours et quoiqu’il arrive le goût ! Moi à qui on n’aurait pas pu faire avaler de tofu, qui étais persuadée que le soja était fade et surtout bourré d’OGM, je me suis rendu compte que ce n’était pas forcément vrai (à condition de se procurer du soja bio français, certes un peu plus cher mais infiniment meilleur et à impact environnemental moindre), et qu’il suffit en réalité de bien le cuisiner pour révéler son potentiel aromatique. D’ailleurs j’en apprends tous les jours sur cette plante, qui ne cesse de m’émerveiller par la multiplicité de ses usages possibles et de ses bienfaits. Mais je reviendrai à l’occasion sur le soja, qui j’en suis sûre s’invitera désormais régulièrement ici, car il ne fait même pas partie des ingrédients de la recette d’aujourd’hui ! 😉

Quand j’ai le temps et l’envie de passer une heure à confectionner et farcir des raviolis, j’aime bien faire des pâtes, en les garnissant d’une farce originale (qui dépend du contenu de mon frigo, en fait… !). Il me restait quelques noix bien esseulées dans le compotier, quelques pousses d’épinards dans le frigo… Il n’en fallait pas plus. Comme j’ai toujours de la purée de sésame complet maison en stock (j’en prépare systématiquement un ou deux pots d’avance, car j’adore ça et j’en utilise beaucoup !), j’ai voulu tenter une association épinards-sésame-noix, et je dois dire que ça fonctionne très bien ! Nous nous sommes régalées. Bon, je vous vois venir, trêve de blabla, voici enfin la recette !

IMG_0109

Raviolis aux épinards, tahini et éclats de noix torréfiées

Recette pour deux à trois personnes

Pour la pâte à raviolis :

  • 150g de farine de blé bio T65
  • 75g d’eau filtrée
  • 1/2 càc de sel fin de Guérande

Pour la farce :

  • 2 belles poignées d’épinards frais
  • 1 càc d’huile d’olive
  • une poignée de noix
  • 1 càs de purée de sésame complet (maison, ici)
  • 1 càs de farine de blé bio T65
  • 1/2 càc de sel fin de Guérande
  • 1/4 càc d’ail en poudre
  • quelques tours de moulin de poivre noir

IMG_0110

Commencer par préparer la farce. Casser et ouvrir les noix, concasser grossièrement les cerneaux et les faire torréfier deux-trois minutes à sec dans une casserole à fond épais. Réserver.

IMG_0101

Laver soigneusement les pousses d’épinards et les égoutter. Faire chauffer l’huile d’olive dans une casserole (j’utilise celle qui a servi à torréfier les noix : gain de temps, économie d’eau, et vaisselle en moins !) et ajouter les pousses d’épinards, les faire cuire quelques minutes à feu moyen en remuant régulièrement.

Débarrasser les épinards cuits dans un petit saladier, ajouter les noix torréfiées, la purée de sésame (tahini), le sel, le poivre, l’ail en poudre puis la farine, et bien mélanger le tout. Couvrir le saladier de film alimentaire et placer au réfrigérateur au moins une demi-heure.

IMG_0102

Réaliser ensuite la pâte à raviolis. Verser la farine dans un saladier et ajouter l’eau progressivement, en mélangeant à l’aide d’une grosse cuiller. Pétrir ensuite la pâte jusqu’à obtention d’une texture élastique. Former une boule, l’envelopper de film et laisser reposer une demi-heure à température ambiante.

IMG_0103

Une fois la pâte reposée, fariner le plan de travail et le rouleau à pâtisserie. Étaler la pâte le plus finement possible, sans hésiter pas à fariner régulièrement.

IMG_0104

Ne disposant pas d’emporte-pièce en forme de raviolis, j’ai opté pour le système D et ai fait des demi-lunes, mais libre à vous de réaliser vos raviolis selon la forme de votre choix ! J’ai donc pour ma part découpé des ronds de pâte et déposé au centre une petite cuiller à café de farce, plié le rond de pâte, pressé les bords du bout des doigts et scellé la jointure à l’aide d’une fourchette (cf. photos ci-dessous), le tout en prenant bien soin de ne pas trouer la pâte.

IMG_0105

IMG_0106

IMG_0107

Déposer ensuite les raviolis ainsi obtenus les uns après les autres sur une plaque tapissée de papier cuisson ou farinée.

IMG_0108

Une fois que tous les raviolis ont été réalisés, faire chauffer un grand volume d’eau salée dans un large faitout. Lorsque l’eau bout, y plonger un à un les raviolis. Ces derniers sont cuits quand ils remontent à la surface. Les récupérer progressivement à l’aide d’une écumoire et servir immédiatement, avec un filet d’huile d’olive pimentée, quelques pluches de coriandre fraîche, une pincée de fleur de sel et un tour de moulin de poivre noir… Un vrai régal de dimanche soir !