*Veggie brownies* – des brownies super chocolatés chics et branchés (végétaliens, sans gluten, sans sucres raffinés, etc.)

Après diverses expériences, je suis arrivée à la conclusion que de tous les gâteaux, ce sont ceux au chocolat qui se prêtent à mes yeux le mieux aux revisites végéta*iennes de toutes sortes. Si j’ai encore un peu de mal à imaginer un flan ou un millefeuille vegan par exemple, l’idée de brownies sans beurre ni œufs me plaisait beaucoup ! J’ai ainsi fait quelques essais avant de mettre au point une recette dont le goût et la consistance me conviennent parfaitement. J’ai appliqué quelques grands principes de la pâtisserie « végé », remplaçant notamment le beurre par de la purée de cacahuètes et un peu d’huile végétale et les œufs par de la compote de pommes. Ainsi, en plus de rendre ces brownies plus sains, leur composition a l’avantage d’être très facilement déclinable : purée d’oléagineux (noix, noisettes, amandes, cacahuètes, etc.), compote/purée de fruits ou de légumes/légumineuses (pommes, poires, courge, pois-chiches, haricots, etc.) et de sublimer leur goût chocolaté. Car oui, autant vous prévenir tout de suite, ils sont destinés aux vrais fans de chocolat ! Dépourvus de cochonneries industrielles, peu sucrés, fondants, avec le croquant des noix et des cacahuètes concassées, ces “veggie brownies” ont en tout état de cause un sacré goût de reviens-y, et ce, sans le moindre sentiment de culpabilité ! 🙂

IMG_2556

*Veggie brownies* – des brownies super chocolatés chics et branchés (végétaliens, sans gluten, sans sucres raffinés, etc.)

Pour un plat carré de 18 cm de côté, soit 9 parts environ :

    • 180g de chocolat noir à 64%
    • 100g de compote de pommes nature (maison et à base de fruits bio, c’est l’idéal. Depuis que j’ai vu ce reportage sur les pommes, je n’ai plus du tout envie d’acheter le moindre fruit ou légume qui ne soit pas issu de l’agriculture biologique, ou dont je ne sois pas sûre de la traçabilité)
    • 50g de purée de cacahuètes, (maison ici. À ne surtout pas confondre avec le beurre de cacahuètes, qui est lui industriel et dans lequel sont rajoutés quantité d’huiles, de sucres, d’OGM, etc.)
    • 75g de sucre de canne non raffiné
    • 1 c.à.s. de cacao en poudre non sucré
    • 70g de poudre d’amandes
    • 30g de farine de maïs bio
    • 1 c.à.c. de bicarbonate de sodium
    • 1 pincée de sel de Guérande
    • 10 cL d’eau filtrée tiède
    • 1 c.à.s. d’huile végétale neutre
    • Une poignée de noix et de cacahuètes

IMG_2540

Faire fondre le chocolat au bain-marie. Laisser tiédir.

IMG_2543

Pendant ce temps, fouetter dans un grand saladier la compote avec la purée de cacahuètes, puis ajouter le sucre, le cacao, le bicarbonate, le sel, et enfin la poudre d’amandes et la farine de maïs.

IMG_2542

Verser le chocolat fondu sur le mélange, puis détendre l’appareil (à ce stade un peu compact) avec l’huile végétale et l’eau filtrée tiède. Réserver.

IMG_2545

Préchauffer le four à 180°C. Chemiser un moule carré de papier sulfurisé.

Casser les noix et les cacahuètes, retirer le maximum de leur peau, puis les concasser grossièrement avant de les ajouter à l’appareil chocolaté. Bien mélanger, puis garnir uniformément le moule – lisser à la spatule si besoin.

IMG_2548

IMG_2549

Enfourner pour une trentaine de minutes. Laisser refroidir avant de débiter les brownies. Personnellement, je les conserve au frais et emballés individuellement dans du film alimentaire, en prenant soin de les placer au moins une trentaine de minutes à température ambiante avant de les dévorer déguster !

IMG_2550

Enjoy!

Publicités

Variations sur la rhubarbe du jardin

IMG_0759

La rhubarbe était vraiment magnifique cette année : bien rose et subtilement parfumée ; jamais je ne retrouve son équivalent dans le commerce. Elle pousse au milieu des framboisiers et des mauvaises herbes (héhé), et tous les ans on a la chance de s’en régaler au printemps ainsi qu’à l’automne (la rhubarbe est une plante remontante !). Alors comme je ne sais pas choisir et que j’aime les tartes (vous l’aurez compris), mais aussi les confitures, eh bien j’ai fait les deux ce week-end. Voici donc aujourd’hui deux recettes pour mettre ce chouette fruit à l’honneur !

IMG_0788

La confiture de rhubarbe  

Je compte toujours à peu près 50% de sucre par rapport au poids total de fruits dans mes confitures. Ce n’est peut-être pas au goût de tout le monde, mais ici on aime les confitures bien concentrées en fruits !

Pour un grand pot (ou deux moyens remplis aux deux-tiers, comme moi, car je pensais remplir les deux pots…) :

– 600g de rhubarbe
– 300g de sucre en poudre

La veille, soigneusement nettoyer et sécher les tiges de rhubarbe, les débiter en petits tronçons, puis les placer dans un saladier. Ajouter le sucre, agiter un peu le saladier pour bien répartir le sucre, puis couvrir de film alimentaire.

IMG_0761

Laisser macérer 24 heures à température ambiante : le sucre va permettre aux fruits de confire et de bien libérer leur jus.

IMG_0771

N.B. : Je n’épluche pas la rhubarbe du jardin, car elle pousse sans engrais ni pesticide d’aucune sorte et je ne voudrais pas en gaspiller !

Passé 24 heures, mettre les fruits et le sucre dans une cocotte (ou mieux, une marmite) sur feu moyen jusqu’à ébullition, puis faire cuire le tout une vingtaine de minutes en touillant très régulièrement avec une cuiller en bois. Il est facile de reconnaître le moment où la confiture a bien pris : la consistance est assez épaisse et la plupart des morceaux de fruits ont fondu.

IMG_0773

IMG_0776

Remplir les pots préalablement nettoyés, bien les fermer puis les retourner jusqu’à refroidissement. Un plaisir simple et divin !

IMG_0779


IMG_0784

La tarte pomme-rhubarbe

L’année dernière, j’avais fait de la confiture pomme-rhubarbe, et j’avais trouvé l’association délicieuse (la douceur de la pomme venant équilibrer la légère acidité de la rhubarbe), je récidive donc cette année mais en version compote et dans une belle tarte (c’est comme ça qu’on préfère les tartes aux fruits…) !

Ingrédients pour un moule à tarte de 26 cm de diamètre (8 personnes)

– 200g de farine
– 75g de beurre
– 2 c.à.c. de sucre en poudre
– un petit verre d’eau
– 3 pommes (j’ai utilisé des chanteclerc)
– 400g de rhubarbe
– 3 belles c.à.s. de vergeoise blonde

Commencer par faire la pâte : dans un grand saladier, mélanger du bout des doigts la farine, le sucre et le beurre coupé en morceaux jusqu’à obtenir un mélange bien sablé. Creuser un puits au centre, y ajouter ensuite l’eau (plus ou moins selon la capacité d’absorption de la farine), et pétrir jusqu’à former une belle boule. Abaisser la pâte au rouleau sur un plan de travail fariné, foncer le moule et piquer la pâte à la fourchette. Réserver au réfrigérateur le temps de préparer la compote.

Nettoyer et débiter la rhubarbe en petits tronçons, en en mettant quelques uns de côté pour parsemer au-dessus de la tarte. Eplucher et évider deux pommes, les couper en dés. Dans une petite casserole, faire compoter ensemble la rhubarbe et les pommes, avec deux cuillers à soupe de vergeoise et un petit fond d’eau. Cela prend une vingtaine de minutes. Laisser tiédir.

Préchauffer le four à 180°C.

Eplucher et évider ensuite la dernière pomme, la couper en fines lamelles. Sortir le fond de tarte du réfrigérateur, le garnir de la compote tiédie, puis décorer avec les lamelles de pommes et quelques tronçons de rhubarbe. Saupoudrer d’une cuiller à soupe de vergeoise et enfourner pour 30 minutes. Déguster à température ambiante. Un régal !

IMG_0781

Carottes râpées, orange et granny smith

Le soir, en règle générale, c’est plutôt frugal à la maison. Une soupe ou une salade, un morceau de fromage et un petit dessert avant de regarder un film ou d’aller bouquiner tranquillou au lit. Ça fait un peu cliché, certes, mais on aime bien ! Alors pour profiter des toutes dernières oranges de la saison, j’ai opté ce soir pour une salade de carottes râpées, agrémentée d’orange et de granny smith pour apporter une touche d’acidité, ainsi qu’une pointe de piment pour relever le tout.

photo

Carottes râpées, orange et granny smith

Pour trois-quatre personnes, j’ai utilisé :

– Deux belles carottes
– Une pomme granny smith
– Une orange non traitée (zeste et jus)
– Sel, poivre, tabasco
– Deux beaux brins de persil frisé frais

Prélever le zeste de l’orange, la trancher en deux, en réserver une moitié et presser l’autre. Mélanger le zeste, le jus et la pulpe, puis mettre de côté le temps d’éplucher les légumes.

Dans un grand saladier, râper les deux carottes et la pomme, mélanger et y ajouter les zeste, jus et pulpe d’orange. Saler et poivrer à convenance, en terminant par quelques goûtes de tabasco. Mélanger à nouveau, puis parsemer de pluches de persil avant de servir !

C’est frais et si bon !