Pâté de pommes de terre

Un grand classique de la cuisine auvergnate. Certes, on le retrouve dans un certain nombre de régions du centre de la France, et qu’il s’agisse d’une spécialité bourbonnaise, berrichonne, ou encore limousine, quelques subtilités mises à part, cela reste grosso modo la même chose : une tourte aux pommes de terre (non non, ça n’a absolument rien d’un « pâté » !), agrémentée de crème fraîche, d’ail ou d’échalotes/oignons, de persil et de poivre. J’imagine qu’après, le choix d’utiliser une pâte briochée, feuilletée ou encore brisée, est avant tout une affaire de goûts. En ce qui me concerne, j’ai un faible pour la pâte brisée dans mon pâté de pommes de terre ; je parfume ce dernier en général plutôt à l’ail, et j’y mets plein de persil frais ! Comme il s’agit d’un plat relativement consistant, j’ai l’habitude de le servir le soir avec une salade verte. C’est vraiment très bon et finalement plutôt sain, car complet et végétarien ! à condition de ne pas se resservir, haha.

IMG_0801 IMG_0809
Le pâté de pommes de terre

Pour un moule de 23 cm de diamètre, j’ai utilisé :
(Sert 4 personnes)

– 200g de farine
– 80g de beurre extra-fin
– un petit verre d’eau
– 500g de pommes de terre
– une dizaine de brins de persil
– 20 cL de crème fraîche
– deux gousses d’ail
– sel, poivre, noix de muscade

Commencer par réaliser la pâte brisée. Dans un grand saladier, mélanger du bout des doigts la farine, une pincée de sel et le beurre coupé en morceaux jusqu’à obtenir un mélange bien sablé. Creuser un puits au centre, y ajouter ensuite l’eau (plus ou moins selon la capacité d’absorption de la farine), et pétrir jusqu’à former une belle boule. Diviser la pâte en deux, en réserver un morceau au réfrigérateur sous un film plastique et abaisser l’autre au rouleau sur un plan de travail fariné, foncer le moule et piquer la pâte à la fourchette. Placer le moule au réfrigérateur.

IMG_0743

Eplucher, nettoyer, puis émincer les pommes de terre en fines lamelles (c’est le moment ou jamais de sortir les mandolines du placard !). Eplucher les gousses d’ail, retirer le germe et les presser dans un cul-de-poule. Y ajouter la crème fraîche, sel, poivre, et noix de muscade à convenance, bien mélanger. Pour finir, hacher finement les brins de persil et incorporer au mélange à la crème fraîche.

IMG_0796

Préchauffer le four à 180°C.

Sortir le moule du réfrigérateur et le garnir successivement de plusieurs couches de pommes de terre et de crème. Terminer par une couche de crème.

IMG_0797

IMG_0798

Sortir du réfrigérateur et abaisser le deuxième morceau de pâte. En recouvrir le moule, puis souder les deux abaisses en formant un joli boudin de pâte (ou comme moi, en utilisant une fourchette !)

Avec un couteau, faire un petit trou au centre de la tourte et réaliser une cheminée avec un morceau de carton : cela permet à l’air de s’échapper pendant la cuisson. Vous pouvez ensuite faire de petites marbrures au couteau sur la tourte, puis la dorer au jaune d’œuf avant de l’enfourner (souvent je me passe de cette étape, qui je trouve n’apporte pas grand chose gustativement).

IMG_0799

Faire cuire une quarantaine de minutes. Laisser tiédir à température ambiante avant de démouler.

IMG_0800

Déguster tiède avec une salade verte et une vinaigrette bien relevée…

IMG_0808

 

Publicités

2 réflexions sur “Pâté de pommes de terre

  1. J’ai un ami auvergnat qui nous en prépare souvent. Il ne procède pas exactement comme toi (il fait cuire d’abord seulement la tourte aux pommes de terre avec des assaisonnements, puis il verse de la crème liquide dans le trou. Mais franchement, ta version est plus simple et rapide, et je n’en doute pas un seul instant, délicieuse. Je prends note.
    PS. Depuis que j’ai découvert ton blog, j’utilise régulièrement les termes frigousse et frigousser. Je m’amuse comme une folle !

    • Coucou ! Je suis ravie que mon pseudo t’inspire ! C’est devenu mon surnom, les copines appelant « Frigousse à la rescousse » en cuisine… 😉
      Sinon oui, à propos de la recette, je connais cette façon de procéder dont tu parles, qui est un peu plus fastidieuse en effet. Il existe aussi une version selon laquelle on découpe le chapeau de la tourte après cuisson, on la recouvre de crème épaisse, on la « rechapeaute », puis on la repasse au four quelques minutes avant de servir. Chaque recette a son petit plus ; moi j’aime bien quand la crème et les pommes de terre cuisent ensemble, mais je dois dire que lorsque la crème est encore un peu fondante et tiède sur le dessus, ça a du charme aussi… Héhé !

Publier un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s